Chroniques / Coups de cœur · 4 mai 2022

« Zouck » un coup de poing

Titre : Zouck

Auteur : Pierre Bottero

Éditeur : Flammarion

Collection : Tribal

Publication originale : 2004

Genres : Jeunesse

Thèmes : Anorexie, trouble de l’alimentation, dépression

Pages : 155

Synopsis :

 » La musique était une onde qui me portait. Toujours plus haut. Je me sentais légère, presque éthérée. J’avais la sensation que mes gestes pouvaient s’affiner jusqu’à devenir parfait. « 
Anouck, dite Zouck, a une passion : la danse. Qu’elle partage avec sa meilleure amie : Maiwenn. Jusqu’au jour où elle s’éloigne l’une de l’autre. Zouck, obsédée par l’idée de perdre quelques kilos superflus, se coupe du monde. De son côté, Maiwenn, follement amoureuse, devient de plus en plus distante


Mon avis :

C’est un livre que j’avais envie de découvrir depuis bien des années, mais à l’époque je n’avais pas le courage. Je ne souffrais pas de troubles alimentaires à proprement dit, mais j’ai souvent eu des bas avec la nourriture. J’avais peur que cette lecture soit trop dure à cause de ce sujet. Mais c’était un livre de Pierre Bottero, et j’adore ses œuvres !

Je me suis donc lancée en ce mois de mars, après l’avoir gardé dans ma PAL depuis juillet. J’avais envie d’un petit livre, mais je voulais ressentir des émotions, et le pari a été tenu. J’ai dévoré le livre en un jour.

J’aurai apprécié suivre aussi l’histoire de Maiwenn car elle aborde aussi un sujet important et douloureux, mais je comprends que ça n’ait pas été le cas. Je pense que ça m’a aidée à me sentir Zouck dans ce roman. Durant ces 155 pages, j’avais l’impression d’être elle, je ressentais ce qu’elle ressentait. Et je pense que suivre Maiwenn en parallèle aurait cassé cet effet.

C’était une lecture poignante. Pierre Bottero décrit si bien tout ce que peut ressentir une jeune adolescente, j’ai pu me reconnaître à l’époque en tant de parts. Il nous fait aussi comprendre de manière subtile je trouve l’impact que tout cela a sur la famille de Zouck. Sa sœur souffre énormément de la situation, sans forcément comprendre ce qu’il se passe. Ses parents sont perdus, que faire ? La peur les tenaille, évidemment, ils ont peur pour leur fille qu’ils voient changer.

Le prologue, que je conseille de relire une fois le livre fini, m’a porté un dernier coup au cœur. Il prend tout son sens une fois l’histoire connue. On ne comprend pas forcément au début de l’histoire. Mais tout s’éclaire et j’ai pleuré.

Je retiens également une citation à la fin du livre, qui est très marquante je trouve :

Personne ne quitte jamais totalement les chemins sombres.

Les fouler laisse des traces indélébiles, au mieux des cicatrices, au pire des plaies qui jusqu’à la fin resteront ouvertes. Et la guérison est longue. Très longue…

Pierre Bottero

Je vous recommande ce livre que j’ai trouvé touchant, percutant. Pierre Bottero a(vait) un talent fou. J’avais peur d’être déçue car j’ai tant aimé d’autres de ces œuvre comme Ewilan, Ellana, etc mais loin de là. Il s’en sort vraiment aussi dans ce registre. J’ai envie de me procurer « Tour B2 mon amour » comme prochaine lecture de Pierre Bottero. Avez-vous des recommandations de livres de Pierre Bottero autre que l’univers de Gwendalavir ?

Note Livraddict : /20

%d blogueurs aiment cette page :